Découvrez la Bourgogne

Fruits d'une longue histoire, la Bourgogne et ses vins sont réputés dans le monde entier.
Que vous soyez un œnophile convaincu ou un débutant passionné, la Bourgogne sait vous offrir ses saveurs, la beauté de ses paysages et son terroir.

L'histoire

Présence de l'Homme

L'homme est présent dans ce qui constitue aujourd'hui la Bourgogne dès le Paléolithique inférieur, il y a environ 3 millions d'années.

La consommation du vin

Le plus ancien vestige connu lié au vin en Bourgogne est le Cratère de Vix de 1100 litres. Il date du VIe siècle av. J.-C. et a été découvert à Vix en Côte-d'Or.

C'est le plus important vase retrouvé de toute l'antiquité. C'est également l'un des plus anciens vestiges connus à ce jour, en lien avec la conservation et la consommation de vin en Bourgogne et en France.

Les premières vignes

On ne sait aujourd’hui pas précisément qui introduisit les premières plantations de vigne en Bourgogne.
Cependant, dès 50 après J.-C. la viticulture est maîtrisée sur ce qui deviendra le territoire bourguignon.
Les premiers écrits sur le vignoble de la Côte d'Or sont datés de 312 après J.-C..
Cratère de Vix
Le cratère de Vix.
Le Clos de Vougeot
Le Clos de Vougeot

Le territoire

Les terres des vignobles de la Côte de Nuits et de la Côte de Beaune s’étendent sur 69 km, de Dijon à Chagny. 

Elles sont tournées vers l’Orient pour accueillir les premiers rayons du soleil.

Les hommes

Les terres des vignobles attirent les populations indigènes (Celtes) avant la colonisation romaine. 

À l’époque de Charlemagne (IX° siècle), la politique de défrichage par les moines libère de nouvelles terres reçues en donation des communautés religieuses pour accueillir l’accroissement de la population. 

Les moines (Cisterciens de l’abbaye de Cîteaux, entre autres communautés) sont souvent les fers de lance de cette nouvelle conquête agraire.

L'origine des climats

Les paysans libres ou serfs donnent des noms aux différentes parcelles acquises par leur labeur pour se repérer, s’orienter et communiquer. 
Ces noms expriment la géologie, la géographie (combe, butte, zone humide…), la forme, la situation, le nom du propriétaire, … 

Au XIVᵉ siècle, la toponymie des lieux-dits est quasiment arrêtée et date de l’époque féodale. Elle reflète la vie de ces terres, travaillées inlassablement depuis plus d’un millénaire. 

La vigne s’est superposée à l’exploitation agricole à partir du Xᵉ siècle mais n’en a pas moins gardé la toponymie des lieux-dits. Ainsi les cartes des vignobles de Bourgogne : « Côte de Nuits » et « Côte de Beaune » sont l’image vivante de l’histoire de cette terre.

L'origine du nom

Le premier royaume portant le nom de « Bourgogne », regnum Burgundiæ en latin (« royaume de Burgondie »), est l'œuvre des Burgondes et date de 411 après J.-C..

L'État bourguignon

Quelques siècles plus tard, l'entreprise des ducs de Valois marque profondément l'histoire du territoire de Bourgogne. Celui-ci est désormais un État, et Philippe le Hardi, Jean sans Peur, Philippe le Bon et Charles le Téméraire en font une grande puissance européenne qui englobe la Belgique et la Hollande actuelles et qui devient la rivale du royaume de France.

Devenue royale sous Louis XI, la partie française de la Bourgogne garde ses États et son Parlement, préservant ainsi son individualité jusqu'à la Révolution française.

L'économie

Son histoire économique se fonde sur l'agriculture et la sylviculture. 

Terre d’élevage, la Bourgogne est réputée pour la viande charolaise, les volailles, les fromages, mais aussi pour ses régions viticoles qui donnent naissance à des crus de légende.

L'industrie viticole représente en 2020 environ 2,8% du PIB de la région Bourgogne Franche-Comté.
Le duc de Bourgogne Philippe II le Hardi
Le duc de Bourgogne Philippe II le Hardi.

Le vignoble aujourd'hui

Photo Nuits Saint Georges
Vue de Nuits-Saint-Georges.

La production

La production annuelle est d'environ 1,45 million d'hectolitres dont 60% de vins blancs, 29% de rouges et rosés et 11% de crémant de Bourgogne.

1% de cette production est classée en appellation Grands Crus, 47% en appellation Villages ou 1er Crus.

Il y a aujourd'hui 84 appellations, 33 Grands Crus, 44 Villages et 1er Crus, 7 Régionales.

Le terroir

Le terroir viticole est divisé en "climats". Ce terme est utilisé en Bourgogne pour définir un lieu-dit dédié à la viticulture.

Il y a 1 463 climats dans l'ensemble du vignoble de Bourgogne.

UNESCO

Depuis le 5 juillet 2015, les climats de Bourgogne sont classés au Patrimoine mondial de l'UNESCO. 

En Bourgogne, le terme « Climat » désigne une vigne nommée et précisément délimitée depuis des siècles, qui produit un vin unique, vinifié séparément. 

Les Climats du vignoble de Bourgogne sont inscrits sur la Liste du patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 2015 en tant que paysage culturel, façonné par l’homme durant 2000 ans, et devenu le modèle de viticulture de terroir pour le monde entier.

Ils constituent le cœur de la "Valeur Universelle Exceptionnelle" du vignoble, et sont représentés exhaustivement sur nos deux cartes Côte de Nuits et Côte de Beaune.

Le vin

"Aucun vin n’est aussi terrestre que le rouge vin de Bourgogne ; dans le reflet blanc de la neige, il avait la couleur de la terre, cette couleur pourpre et or des collines de la Côte-d’Or au coucher du soleil."
Extrait de "Kaputt" par Curzio Malaparte (1944)
"Généralement les grands vins de la Côte de Nuits sont considérés comme des vins fermes, charpentés, puissants et de longue garde ; les vins de la Côte de Beaune comme des vins souples, tendres, élégants et de moins longue garde. Mais les différences ne sont jamais aussi marquées, les impressions gustatives jamais aussi tranchées et les millésimes jamais aussi respectueux de telles définitions…
Les grands bourgognes, sont en effet très difficiles à réussir, pour trois raisons majeures :
Premièrement, ils sont issus d’un unique cépage – le Pinot pour les rouges et le Chardonnay pour les blancs – et, si le cycle végétatif propre à ce cépage est perturbé par la météorologie ou l’incompétence humaine, il n’y a pas d’autres cépages à ses côtés, comme dans le Bordelais par exemple, pour compenser de leurs grappes (mélange à la cuve) ou de leurs vins (assemblage en fût après dégustation) ce qui fait défaut à ce Pinot ou à ce Chardonnay…
Deuxièmement, ils sont issus d’un seul cépage, mais ce cépage, en s’enracinant sur des terroirs extrêmement diversifiés par la structure de leurs sols, l’inclinaison de leurs pentes et la variété de leurs altitudes ou de leurs orientations, produit des raisins de qualités inégales.
Troisièmement, ils sont issus de vignes cultivées et de moûts vinifiés par de nombreux viticulteurs travaillant chacun à leur façon en espérant atteindre la perfection.
Les grands vins de Bourgogne dépendent donc d’un vignoble où la géographie repose sur une micro-géologie et des microclimats, où la viticulture se disperse en micro-propriétés et où la transformation des moûts dépend d’une micro-vinification."

Extrait de « Climats et lieux-dits des Grands Vignobles de Bourgogne – Atlas et histoire des noms de lieux », de M-H Landrieu-Lussigny et de S. Pitiot - Éditions du Meurger, 3ème éd., 2019).
Vin et Fromage
Vin et Fromage : l'art de vivre à la Française